Blog Archives

« L’Homme de Rio » au festival de L’Alpe d’Huez

« L’Homme de Rio » au festival de L’Alpe d’Huez

Alexandra de Broca présentera L’Homme de Rio au festival international du film de comédie de L’Alpe d’Huez le jeudi 18 janvier à 12h (salle Belledonne).


« Cartouche est le plus grand film de l’histoire du cinéma » selon Nicolas Mathieu

« Cartouche est le plus grand film

de l’histoire du cinéma » selon Nicolas Mathieu

A l’occasion de la disparition de Jean-Paul Belmondo en 2021, l’écrivain Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018, a rendu hommage à l’acteur et en a profité pour dire tout le bien qu’il pense de Cartouche

« Je crois que c’est Serge Daney, le critique des Cahiers du cinéma et de Libé, qui évoquait dans un entretien avec Régis Debray ce qu’avait été la jeunesse au cinéma, en France, avant Belmondo et Bardot. Il faut se souvenir des comédiens qui la figuraient alors du côté des hommes : Daniel Gélin, Gérard Philipe, Jean Marais. De beaux mecs, mais encore pris dans quelque chose d’artificiel, une sorte de pâte, des messieurs déjà.

Quand Belmondo arrive dans les années 1950, tout de suite, il brise ce moule. Il n’a même pas besoin d’être vraiment beau. Son nez est cassé, sa bouche trop pleine, et pourtant, c’est un physique qui séduit dans la seconde et colle à son époque. Comme l’après-guerre, il est facile, facétieux, avec ce pétillement dans l’œil, une malice et une apparente simplicité qui feront toujours son charme, ni tout à fait jeune premier, plus du tout gendre idéal. Quoi qu’il en soit, avec cette gueule-là, la France s’offre enfin une incarnation de la jeunesse qui n’est plus l’histoire d’un passage, d’une phase transitoire. Belmondo, comme Montgomery Clift ou James Dean à Hollywood, incarne pour la première fois un état qui vaut pour lui-même, qui n’appelle rien d’autre. Il invente, comme Bardot, une figure de l’éternel printemps, vif, enjoué et tragique, irrécupérable.

Mais évidemment, il serait complètement idiot de résumer Belmondo à ça, dix rôles entre 20 et 35 ans. Godard l’a certes fixé en jeune homme fou, Melville en voyou ou en curé débutant, de Broca en funambule, mais il fut bien autre chose, et pour nous qui avons grandi sous Mitterrand, il fut surtout ce formidable casse-cou, champion du box-office, quadra à pectoraux et gros calibre qui le dimanche soir venait après le générique de la Gaumont nous consoler du retour en classe le lendemain.

Entre 7 et 10 ans ans, j’ai dû voir L’As des as vingt fois. Et mes souvenirs d’enfant sont pleins de ces films que distribuait René Chateau Vidéo, le même qui devait enchanter plus tard nos adolescences avec Bruce Lee et Brigitte Lahaie. Je revois l’ourson dans la belle décapotable, l’oeil de verre de Minos qui roule sur un toit de Paris dans Peur sur la ville. Et cette chose si curieuse, la même musique qui accompagnait à la fois la fin tragique du Professionnel et la course du berger allemand dans la pub Royal Canin. Les petits mecs du Club Dorothée et de la 205 GTI que nous étions ne comprenaient pas tout, mais ils savaient parfaitement qui ils voulaient être. Cet homme-là, d’un bloc, avec ses deux poings et ses revolvers, son sourire et ses reparties. La propagation du magnétoscope dans les ménages français autorisait de revoir ses courses-poursuites à l’infini, ces fameuses cascades qu’il réalisait lui-même, et, dans la cour de l’école, à défaut de pouvoir nous offrir les services de Rémy Julienne, on recourait largement au Mercurochrome.

À cette époque, pour nous, Godard ne signifiait rien. Truffaut encore moins. Même Deray, Verneuil, Lautner et Oury qui fabriquaient ces polars et ces comédies dont nous nous repaissions n’existaient pas. Il y avait simplement  « les films de Belmondo ». Plus qu’un genre, c’était alors un label qui garantissait au spectateur sa dose d’action et de castagne, d’élémentaire virilité. Quant aux personnages féminins, ils ne se taillaient certes pas la part du lion, mais il y avait tout de même Léa Massari, Jacqueline Bisset et Marie-France Pisier. De toute façon, ces questions-là, et beaucoup d’autres, nous ne nous les posions guère. Nous avions ce miroir où nous rêver et un jour, promis, nous serions comme lui, forts en gueule et prompts à en découdre. Nous ignorions alors que le temps aurait prise sur nos idoles comme sur nos parents. Les uns et les autres deviendraient plus lents. Ils auraient des cheveux blancs, des insuccès, et c’est Claude Lelouch qui viendrait un jour nous apporter la preuve de cette triste évidence. Itinéraire d’un enfant gâté fut à l’époque annoncé comme une renaissance. Nous ne nous y sommes pas trompés.

Heureusement, à 17 ans, je découvrais À bout de souffle et pouvais repousser encore cette révélation de la mort au travail. Dans le film de Godard, Belmondo fumait des Boyards et avait des abdominaux en béton. Voilà tout ce qui comptait. Par la suite, il joua encore quelques rôles, plus disparates, que nous n’allions pas voir en salle et négligions de regarder à la télé. Lui n’eut pas vraiment droit à cette autre carrière que connut Gabin. L’emploi de patriarche ne fut pas son second souffle. Pourtant, il continua à faire partie du paysage, patrimonial et sympathique, toujours admiré en dépit de ce yorkshire accroché à son bras de vieux monsieur trop hâlé.

Et puis bien plus tard, je compris que Cartouche est le plus grand film de l’histoire du cinéma. C’est une œuvre au fond mal connue, qui débute comme une pochade puis devient le plus allègre des récits d’aventure, pour s’achever comme nous, trop vite et sur un drame. Claudia Cardinale s’appelle Vénus et meurt malgré tout. Sur la vaste table où son corps est étendu, elle a la pâleur des vierges du Caravage. C’est un drôle de coup de canif dans le pacte noué avec son spectateur que fait de Broca en exposant ainsi ce terrible cadavre. Alors Jean-Paul Belmondo, ou Cartouche, c’est sans importance à ce stade, la soulève dans ses bras et l’emporte, couverte de soie et de bijoux. Elle ira pour finir s’engloutir avec son luxueux carrosse dans les eaux noires d’un lac qui se confond avec la nuit. Tout au bout, il reste encore une cavalcade, une poignée de bandits qui vont à la mort. « Et que ça aille vite » crie Cartouche, car vieillir n’a pas lieu d’être. C’est un film gai, cruel, terriblement français, c’est-à-dire irrévérencieux et gouailleur, avec ses bons mots copieux et ses valets plus malins que leurs maîtres, ses tristes gens d’armes et Jean Rochefort. Un film dont on a perdu la recette et qui se résume d’un mot très beau, plus guère en usage : le panache. Dans ce film que nous reverrons désormais avec une gravité nouvelle, Belmondo n’a pas 30 ans. Il marche en l’air, impondérable, la taille fine et plein d’allant. Il n’a ni la beauté du diable d’Alain Delon ni celle blessée de Maurice Ronet. Il est tel que nous aurions voulu être et là où nous le trouverons désormais. Car la mort vient de le rendre pour toujours à cette invincible jeunesse. »

Cet article a été publié dans Elle du 17 septembre 2021.


Les 50 ans du « Magnifique »

Les 50 ans du « Magnifique »

Le Magnifique fête cette année ses cinquante ans ! Pour l’occasion, les exploits de Bob Saint-Clar ont été restaurés en 4K par Carlotta. Cette version sera projetée au festival « De l’écrit à l’écran » de Montélimar le 28 septembre à 17h en présence de Paul Belmondo, et bénéficiera d’une sortie nationale en salles à partir du 18 octobre. Et, bien entendu, une édition 4K Ultra HD + Blu-Ray sortira chez Studiocanal (le 31 octobre).


Bruno Troublé raconte la passion de la mer de De Broca

Bruno Troublé raconte la passion

de la mer de De Broca

Le skippeur français Bruno Troublé, qui a (entre autres) participé aux JO de Mexico en 1968 et de Montréal en 1976, vient de publier un livre de souvenirs aux éditions Albatros, Pas une minute à perdre !. Il y évoque notamment son amitié avec Philippe de Broca, les quinze dernières années de la vie de ce dernier.

« Un ami inoubliable ! Nous ne l’avons pas connu par le cinéma, mais par la mer. Un peu comme mon père bien-aimé, Broca était un marin tardif : il a acheté son bateau, un Taillefer en acier, à 50 ans ! (…) Le Moana, hivernait au chantier Le Borgne à côté de notre maison de vacances au Parun, située sur la berge de la rivière d’Auray à Baden, et nous sommes ainsi rapidement devenus proches. » Le cinéaste aimait particulièrement le golfe du Morbihan et l’île de Boëdic où il avait tant joué enfant. Il y a d’ailleurs tourné des scènes du Cavaleur et des Clés du paradis.

« Il aimait à dire : « Le golfe du Morbihan est accueillant mais l’idée d’aller affronter Belle-Île correspondait dans mon imaginaire à aller affronter le cap Horn… Et je préfère répondre aux Parisiens : « Comment ? Vous ne connaissez pas le golfe et la pointe des poulains ? », que leur dire « Oui, c’est moi le metteur en scène de L’Homme de Rio »… »

Malgré tout, reconnaît Troublé, si le cinéaste « adorait naviguer, il était assez incompétent, inconscient et maladroit. » Mais « sa joie de vivre, sa légèreté » ont comblé Troublé et sa femme. « On a tellement rigolé ! Philippe perdait sans arrêt son téléphone portable, qu’il mettait dans la pochette de sa chemise. Lorsqu’il se penchait en avant, le téléphone tombait… Il est ainsi tombé dans 30 centimètres d’eau alors qu’il tirait son annexe sur la plage. Il n’a fait ni une ni deux : « Je vais le mettre dans le four dix minutes, il va remarcher ! » On a sorti, une heure après, des lambeaux de plastique noir. »

Pas une minute à perdre !

(Editions Albatros, 256 pages, 27 euros)


« Le Magnifique » par Michel Gondry : entre Resnais et Gaston Lagaffe

« Le Magnifique » par Michel Gondry : entre Resnais et Gaston Lagaffe

Le réalisateur Michel Gondry (Eternal Sunshine of the Spotless Mind, La Science des rêves, L’Écume des jours) avait rédigé une postface dédiée au Magnifique dans le livre de Jérôme Wybon consacré au film. La voici dans son intégralité : 

« Ce qui fait que Le Magnifique est une comédie unique, c’est cette interaction entre un univers dans lequel on a un homme attachant avec un travail auquel on peut s’identifier, il est écrivain, même si ce ne sont pas celles qu’il a envie d’écrire. Et il nous emmène dans les histoires qu’il écrit, avec cette interaction entre ce qui se passe dans la vie matérielle sur l’histoire qui est racontée.

Moi qui ait toujours été créatif, dessinateur, fabriquer des choses avec mes mains, de voir quelque chose comme ça matérialisé à l’écran, c’est quelque chose qui me faisait rêver, me donner envie d’en faire autant d’une certaine manière.

Ce qu’il y avait de formidable avec Jean-Paul Belmondo dans le film, c’est ce côté touchant auquel on peut s’identifier. Et Belmondo qui a ce côté macho, joue à peine dessus ou en le tournant en ridicule, en permanence. Il a énormément apporté au cinéma français, il a une présence mais sans se prendre au sérieux. C’est un mélange qui permet de faire des comédies, des comédies d’aventures qui est un genre assez excitant.

Quand je suis devenu réalisateur, il m’est apparu que ce film était une de mes références plus ou moins conscientes. Il y avait chez de Broca ce mélange d’aventure et de comédie qui était très attrayant, sans jamais être prétentieux et qui ne parle pas d’une certaine couche de la société. C’est assez universel. Ça me plaît beaucoup. Cela vient peut-être de Chaplin, de ce genre de cinéastes universel qui montraient une monde proche de nous, de notre quotidien.

Il y a des choses aussi qu’on pourrait presque comparer à du Resnais. Par exemple, la cabine téléphonique qui se retrouve dans l’eau. Il y a des juxtapositions. Il a pris une sorte de logique qu’il a poussé d’une manière un peu systématique, jusqu’au surréalisme. Et on ne se pose pas la question de ce que cela va rendre. Les éléments se retrouvent un peu dans le désordre, et cela fait penser à Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais, avec ces glissements dans la mémoire, qui ne reconstitue pas un déroulement linéaire, avec le personnage qui revit toujours le même instant avec les choses qui se mélangent petit à petit. Et on se retrouve à un moment avec une cabine téléphonique au milieu de la mer. C’est une coïncidence mais c’est une bonne coïncidence.

Il y avait aussi un élément un peu Gaston Lagaffe qui était quelque chose de très important pour moi. Le gars qui s’assume pas trop, un peu catastrophique, et qui fabrique des choses qui font rêver les autres. On peut faire pas mal de parallèle avec Gaston Lagaffe, la voisine Christine ressemble à Mademoiselle Jeanne dont Gaston est amoureux. Et toute cette invention. On sent que l’auteur a mis son personnage au service de son imagination et ce que cela lui procure. C’est très réjouissant à voir.

J’ai fait un film qui s’appelle La Science des rêves, où il y a une forte influence d’une part du Magnifique et d’autre part, Le Locataire de Roman Polanski. Ce que je trouve en commun dans ces deux films, c’est cet espèce de microcosme, dans un immeuble parisien, qui pourrait résumer la société. C’est exactement ça. On sait qu’on va croiser dans les cages d’escalier, tel ou telle personne… Il y a cette interaction entre les différents étages, les différents appartements. Et il y a l’interaction entre le réel et l’imagination. Donc, je mets ces deux films un peu côte à côte, alors qu’il ne doit pas y avoir énormément de gens qui les associent. C’est pas le même type de cinéma, mais je les aime de manière équivalente. »

« Belmondo Le  Magnifique » de Jérôme Wybon (Maison Cocorico, 2018)


Livres

Livres sur Philippe de Broca

Philippe de Broca

Ouvrage collectif

Avant-propos de François Truffaut

Editions Henri Veyrier, 1990

Belmondo Le Magnifique

Jérôme Wybon

Préface de Jean-Paul Belmondo

Postface de Michel Gondry

Maison Cocorico, 2018

Philippe de Broca, caméra philosophique

Jean-Pierre Zarader

Editions Klincksieck, 2019

Philippe de Broca, un monsieur de comédie 

Philippe Sichler et Laurent Benyayer

Avant-propos de Jean-Paul Belmondo

Neva Editions, 2020


La nostalgie de Thomas Morales

La nostalgie de Thomas Morales

Avec Monsieur Nostalgie, qui vient de paraître aux éditions Héliopoles, l’écrivain Thomas Morales propose un livre qui « se veut gourmand, parfois engagé, souvent amusé (qui) dessine une France qui nous manque cruellement ». Il consacre quelques pages à Philippe de Broca que voici :

« Qui n’a pas vu Le Magnifique, L’Homme de Rio, Cartouche, Le Cavaleur ou Le Diable par la queue ne connaît rien des soubresauts de l’âme, la polka des sentiments et les fanfaronnades de l’homme français. Nous plaignions sincèrement cet être incomplet. Car Philippe de Broca fut ce phare dans un océan de sérieux, ce pincement au cœur quand la comédie se voulait grossière, cette tornade qui emportait le spectateur tout en instillant chez lui, un sentiment d’abandon. Ses films sans cesse revus ou redécouverts agissent comme des bornes existentielles, ils réenchantent notre quotidien, nous emportent et nous subjuguent. Broca est à la fois notre refuge et notre exil intérieur.

Plus le temps avance, plus son génie nous manque cruellement. Nous avons appris à nous méfier des cinéastes d’avant-garde, ces chéris de la critique, encensé par les pouvoirs publics qui trustent les positions dominantes dans les médias mais dont l’empreinte émotionnelle est complètement nulle. Ils ont beau faire l’objet de conférences, de débats qui ennuient, de toute cette gesticulation intellectuelle, ils n’arrivent pas à toucher. Alors que les films de Broca brillent dans la nuit par leur parfum d’éternité, leur douceur désenchantée, leur dialogue confectionné dans ce friable organdi, cette mécanique joyeuse et pétaradante qui nous libère de nos chaînes. Broca est un libérateur, il ouvre les fenêtres de cette grande maison de famille, assoupie dans la campagne, à la façade défraîchie et fait valser les amours impossibles. L’instabilité des hommes vient de se fracasser sur le rivage des femmes.

Aujourd’hui, les langues se délient, les vraies valeurs finissent par s’imposer, le talent exploser, les contemporains peuvent juger sur pièces. Certains jeunes réalisateurs osent même avouer que ce cinéma-là, celui du dimanche soir, populaire et étincelant, à l’humour délicat et à l’action échevelée, les a profondément nourris. Ils en reconnaissent en Broca, un maître doublé d’un professionnel hors pair, c’est-à-dire un cinéaste star du box-office qui donne du confort de visionnage et de l’épaisseur à ses personnages, qui ne néglige jamais la qualité au détriment du plaisir gamin de s’amuser. Rares sont ceux qui réussissent aussi bien à doser l’aventure et le frisson, la fantaisie et l’introspection, sans tirer à la ligne, sans jouer les trémolos, Broca fut ce funambule délicat qui avançait sur cette mince corde sans jamais chuter dans la facilité. Nous verrons fleurir bientôt des dizaines d’héritiers à Philippe de Broca, son aura commence à se propager. On sait combien le réalisateur est admiré aux États-Unis, sa filmographie auscultée dans les meilleures écoles depuis Le Roi de cœur, sorti en 1966. Broca, l’oublié de la Nouvelle Vague et des revues spécialisées hexagonales, jalousé aussi pour ses millions d’entrées en salles et ses collaborations prestigieuses avec, entre autres, Belmondo, Cassel, Noiret, Girardot ou Montand a été, très tôt, reconnu et adoubé, outre-Atlantique, comme un authentique créateur.

Je considère Broca comme le meilleur cartographe intime de la province française. Lui seul savait saisir ces moments instables où une ville endormie, au pavé glissant, embaume l’odeur de chèvrefeuille et au loin, un homme déambule cherchant une explication à sa vie. Il y a des scènes signées de Broca qui nous accompagneront jusqu’à notre mort, Jean Rochefort et Nicole Garcia, place des Victoires dans Le Cavaleur ou Philippe Noiret et Annie Girardot, square Viviani dans Tendre Poulet. »


« Tendre Poulet » par Mad Will sur Youtube

« Tendre Poulet »

par Mad Will sur Youtube

La chaîne Youtube Mad Will consacre une vidéo à Tendre Poulet.

« C’est un film fascinant où de Broca aime mélanger les genres. On ne sait pas toujours sur quel pied danser, même si dans le cas de Philippe de Broca, on pourrait presque parler d’entrechats tant il parvient avec une grande maestria à passer d’un genre à l’autre. En plus de nous offrir une intrigue policière avec d’excellentes scènes de suspense, il signe simultanément une comédie romantique absolument délicieuse. C’est là que l’on peut apprécier tout le travail d’orfèvre du cinéaste, qui utilise les séquences policières pour rythmer son histoire d’amour entre le professeur de grec et la femme-flic. »


Présentation de « L’Homme de Rio » par Benoit Peeters

Présentation de « L’Homme de Rio » par Benoit Peeters

Dans le cadre d’une carte blanche, Benoît Peeters, scénariste de bandes dessinées, romancier, éditeur et professeur au Collège de France, a présenté le 20 avril 2023 à la Cinémathèque française L’Homme de Rio de Philippe de Broca.


« Cartouche » sur Paramount Channel

« Cartouche » sur Paramount Channel le 14 mai 

Cartouche (1962), premier film de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo, passera à 20h40 sur Paramount Channel le dimanche 14 mai.


Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from - Youtube
Vimeo
Consent to display content from - Vimeo
Google Maps
Consent to display content from - Google