Cartouche

1962 _ Cartouche (Jean-Paul Belmondo), voleur au grand chemin, parcourt la France en prenant aux riches pour donner aux pauvres avec sa bande de brigands et la belle Vénus. Jusqu'au jour où il rencontre la femme de son ennemi l'intendant...
  • Image du film Cartouche de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo

    © 1962 STUDIOCANAL - TF1 DA - Vides S.A.S.

  • Image du film Cartouche de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo

    © 1962 STUDIOCANAL - TF1 DA - Vides S.A.S.

  • Image du film Cartouche de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo

    © 1962 STUDIOCANAL - TF1 DA - Vides S.A.S.

Dominique est un fort habile tire-laine. Mais, révolté par les méthodes injustes et tyranniques de l’affreux Malichot, le chef de la truanderie, il brave son autorité. Il n’échappe à sa vengeance qu’en s’engageant, sous le nom de Cartouche, dans l’armée, où il suscite aussitôt la sympathie de deux pittoresques individus, la Taupe et la Douceur. Mais les aléas de la gloire militaire conviennent mal aux trois nouveaux amis, qui désertent, non sans s’être emparés des sacs d’or destiné au paiement de la solde du régiment.

Après avoir délivré une jeune bohémienne, Vénus, prisonnière des gendarmes, ils se rendent au repère de Malichot que Dominique supplante sans mal en distribuant son butin aux truands qui aussitôt l’acceptent pour chef. Ceux-ci ont désormais pour règle de ne s’attaquer qu’aux grands. Dès lors, ce ne sont que mises à sac de riches demeures, pillages d’églises, attaques de greniers à grain, prises de caisses d’impôts royaux, etc. ; chaque méfait étant signé d’un « C ».

L’émoi est grand chez les gens de Gaston de Ferrussac, d’autant que Cartouche est fort populaire et qu’il échappe constamment aux argousins. Mais l’audacieux brigand, fasciné par la femme de son ennemi, Isabelle de Ferrussac, s’est mis en tête de la séduire. De fait, il néglige Vénus, abandonne quasiment ses compagnons et multiplie les coups d’éclat sans butin pour les beaux yeux de la belle, à laquelle il fixe rendez-vous dans un lieu isolé.

Il y est capturé par les hommes du lieutenant, prévenus par la suivante d’Isabelle. Cependant, la puissante escorte qui emmène Dominique est attaquée par les truands qu’entraîne et enflamme Vénus. L’entreprise réussit, mais la bohémienne est tuée. Alors que la fête bat son plein chez les Ferrussac, où toute la noblesse locale célèbre la capture du bandit, Dominique fait irruption à la tête de sa troupe, le corps inerte de Vénus dans les bras. Il couvre le cadavre des bijoux pris aux invités, et le place dans un carrosse qu’il immerge dans les eaux d’un lac. Puis, lui et ses hommes s’enfoncent dans la nuit vers leur destin : les mains du bourreau…

 

Equipe

Production : les films Ariane – Filmsonor – Mondex Film (Paris) / Vidès (Rome).
Producteurs : Alexandre Mnouchkine, Georges Dancigers.
Producteur délégué : Georges Dancigers.
Scénario : Daniel Boulanger, Philippe de Broca avec la collaboration de Charles Spaak.
Dialogues : Daniel Boulanger.
Directeur de la photographie : Christian Matras (DyaliScope – Eastmancolor).
Opérateur : André Domage.
Montage : Laurence Méry assistée de Raymonde Guyot.
Musique : George Delerue.
Ingénieur du son : Jean Rieul assisté de Marcel Corvaisier et Fernand Janisse.
Décor : François de Lamothe assisté de René Calviera et Frédéric de Puy.
Ensemblier : Robert Christidès.
Accessoiristes : Raymond Lemoigne, Henri Berger.
Costumes : Rosine Delamare.
Costumière : Georgette Fillon.
Maquilleur : Marcel Bordenave.
Coiffeuse : Huguette Lalaurette.
Régisseur général : Éric Geiger.
Assistants-réalisateurs : Georges Pellegrin, Joseph Drimal, Jean-Claude Giuliani, Eduardo Fiori.
Scripte : Andrée François.
Attaché de presse : Georges Cravenne.
Photographie : Raymond Voinquel.
Maître d’armes : Claude Carliez.
Conseiller hippique : François Nadal.
Générique : Jean Fouchét F.L.

 

Interprètes

Jean-Paul Belmondo (Dominique dit Cartouche)
Claudia Cardinale (Vénus)
Odile Versois (Isabelle de Ferrussac)
Jess Hahn (la Douceur)
Marcel Dalio (Malichot)
Jean Rochefort (la Taupe)
Philippe Lemaire (Gaston de Ferrussac)
Noël Roquevert (le sergent recruteur)
Jacques Charon (le colonel)
Lucien Raimbourg (le Maréchal)
Jacques Ballutin (« Capucine », le moine)
Pierre Repp (Monsieur de Griffe)
Jacques Hilling (l’aubergiste)
Paul Préboist (le premier gendarme)
René Merlic (Petit Oncle, le tavernier)
Madeleine Clervanne (Pierrette, la suivante)
Raoul Bilrey (un homme de Cartouche)

Durée : 115 minutes.
Tournage : 17 juillet au 6 octobre 1961, Studios Épinay.
Extérieurs : Béziers, Pézenas, Ermenonville et région parisienne.
Distribution : Cinédis.
Sortie à Paris : 7 mars 1962.
Box-office : 180 301 entrées en cinq semaines dans trois salles parisiennes.