Vipère au Poing

2004 _ L'adaptation du célèbre roman d'Hervé Bazin ; le récit de l'amour-haine entre sa mère 'Folcoche' et ses trois enfants.

Cri de haine et de révolte «  Vipère au poing » est adapté d’un des plus célèbres et populaires romans d’enfance de la littérature française. Largement autobiographique, il raconte sur un ton tragi-comique le combat violent, impitoyable et férocement drôle que va livrer un enfant de dix ans contre sa propre mère au sein d’une grande famille bourgeoise sur le déclin dans les années 1920.

Jean Rezeau et son frère aîné vivent heureux à la Belle-Angerie, le château de famille. La mort de leur grand-mère provoque le retour d’Indochine de leurs parents et sonne le glas de leur enfance…

Elle a de l’allure, Paule Rezeau. Digne héritière des sorcières de contes de fées, le pouvoir qu’elle prend à la Belle-Angerie, son époux ne lui dispute guère. Corvées, punitions et privations absurdes se succèdent pour « le bien des enfants », jusqu’au jour où Jean fait le choix de la révolte.

Il dresse ses frères contre cette «  Folcoche » (une contraction de « folle » et de « cochonne »), cette mère qui ne sait pas les aimer et fait régner un climat de guerre civile, cocasse et terrible qui ira jusqu’à de dérisoires tentatives de meurtre.

La haine le fera grandir, comme d’autres l’amour… Mais à quel prix ? Apprentissage de l’âge d’homme, leçon de vie optimiste, conquête de la liberté d’un enfant qui s’est rebellé contre celle qui a fait de lui, cependant, un artiste et un grand écrivain.

 

Equipe

Production : Rezo films- Ramona productions- zéphyr films- France 3 Cinéma.
Producteurs : Olga Vincent, Jean-Michel Rey, Philippe Liégeois.
Coproducteurs : Chris Curling et Phil Robertson.
Adaptation et dialogues : Philippe de Broca et Olga Vincent.
Musique originale : Brian Lock.
Premier assistant réalisateur : Badreddine Mokrani.
Scripte : Marie Florence Roncayolo.
Directeur de la photographie : Yves Lafaye.
Cadreur : Lorenzo Donati.
Assistants opérateurs : Claude Debroux, Francine Filatrio.
Chef opérateur du son : Jean-Jacques Ferran.
Assistant : Olivier Varenne.
Chefs décorateurs : Christian Siret, Milly Burns.
Accessoiristes de plateau : Guy Vanderplaesten, Jenny Lawrence Smith.
Costumière : Sylvie de Segonzac.
Habilleuse : Clarisse Fretard.
Directeurs de production : Pierre Vallon, Handy Stebbing.
Régisseurs : Andrew Cooke, Pierre Dufour.
Casting : Marie-Christine Lafosse, Sarah Crowe.
Chef maquilleuse : Chantal Leothier.
Chef coiffeur : Patrick Villain.
Chefs constructeurs : John Watt, Cyril Cornillier.
Chefs électriciens : Jim Howe, Bob Horsefield.
Chefs machinistes : Rob Barlow Gilles Springmann.
Photographe de plateau : Suzy Alnutt.
Chef monteuse : Anna Ruiz.
Assistant monteur : Pascal Latil.
Étalonneur : Jean Durand.
Chef monteur son : François Fayard.
Mixeur : Bernard le Roux.
Directrice de post-production : Eve Albertini.

 

Interprètes

Madame Rezeau : Catherine Frot.
Monsieur Rezeau : Jacques Villeret.
Jean : Jules Sitruk.
Miss Shelton : Cherie Lunghi.
Fine : Hannah Taylor Gordon.
L’abbé Traquet : Richard Bremmer.
Tante Thérèse : Sabine Haudepin.
Freddy : William Touil.
Marcel : Pierre Stevenin.
Père Volitza : Wojtek Pszoniak.
Grand-mère : Annick Alane.
Père Létendard : Paul Leperson.
Kitty : Alexia Barlier.
Henriette : Amélie Lerma.
Monsieur Pluvignec : Dominique Paturel.
Madame Pluvignec : Macha Béranger.
Maître d’hôtel : André Penvern.
Blaise : Steven Waters.
Concierge : Anna Gaylor.
Docteur Lormier : Étienne Draber.
L’évêque : David Gabison.
La bonne Thérèse : Marie Florence Roncayolo.
Vendeur de marrons : René Morard.
Docteur de Madame Bazin : Pierre Vallon.
Le prêtre de Madame Bazin : Christian Siret.
La jeune servante : Angela Waters.
Jardinier : Martin Sims.
Cuisinier : Dayna Harding.
Chauffeur : Ron Mills.
Musiciens bal nègre : Gérard Rakotoarivony, Louis Laguerre, Freddy Citadelle, Claude Pironneau, Philippe Chagne.
Hervé Bazin : Claude Sitruk.