Articles Tagged with: Ilsaiment

Nouveau doc sur de Broca : itw du réalisateur

Interview de Jérôme Wybon à propos du doc « Philippe de Broca
ou l’art de la mélancolie »

Jérôme Wybon a réalisé le documentaire Philippe de Broca ou l’art de la mélancolie, actuellement diffusé sur Ciné+ (le 24 décembre à 12h05 et en replay), et nous parle de sa conception.

Comment est né ce documentaire ? En avez-vous été à l’origine ?
Ce projet est arrivé comme une conclusion à un long travail effectué sur l’œuvre de Philippe de Broca, commencé dans les années 2000, lorsque j’ai fait différents bonus dvd / Blu-Ray sur onze de ses films, de Cartouche au Bossu, en passant par L’Homme de Rio, Le Cavaleur ou Le Roi de cœur. Avec ce documentaire, j’ai l’impression de boucler la boucle.

Vous avez rencontré Philippe de Broca. À quelle occasion ? Et quelles impressions en gardez-vous ?
Je l’ai croisé durant l’été qui a suivi la sortie d’Amazone. Je travaillais pour Studiocanal sur les sorties du Magnifique et de l’Incorrigible dans la toute nouvelle collection dvd consacrée à Jean-Paul Belmondo. Seul Peur sur la ville était sorti alors. Je me souviens très bien d’avoir appelé Philippe de Broca pour lui proposer d’enregistrer un commentaire audio sur ces deux films. Je lui avais expliqué le principe alors totalement inédit en France, et Bertrand Tavernier enregistrait au même moment le premier commentaire audio d’un réalisateur français, pour La Fille de D’Artagnan. Philippe de Broca ne voulait pas parler seul, donc je l’ai accompagné dans cet exercice.

Que vouliez-vous raconter ? Quel était votre angle ?
Si j’ai pu documenter le tournage de plusieurs de ses films par le passé, je voulais ici m’intéresser davantage à son univers, à sa vie, ses relations et son regard sur les femmes, son enfance. Et, bien sûr, ses amitiés avec Jean-Paul Rappeneau, Alexandre Mnouchkine, Henri Lanoë, Philippe Noiret et Jean-Paul Belmondo.

Avez-vous fait des découvertes, avez-vous trouvé des documents inédits ?
Il y a plusieurs archives que je connaissais mais que je n’avais pas utilisé jusqu’ici comme les essais filmés de Marthe Keller pour Le Diable par la queue, ou cette séquence très touchante où Georges Delerue joue le magnifique thème de Chère Louise au piano, en présence de Philippe de Broca.

Qui avez-vous interviewé pour ce documentaire ?
Il y a d’abord la sœur de Philippe, Françoise, qui nous a quittés il y a quelques mois, Catherine Alric, Alexandra de Broca, le chef-opérateur Pierre Lhomme, le réalisateur Jean-Paul Rappeneau, le cameraman Yves Agostini, le monteur Henri Lanoë, la journaliste Guillemette Odicino, Bernard Payen de la Cinémathèque française. Et bien sûr, il y a Philippe de Broca via des images d’archives. L’idée était de faire dialoguer Philippe de Broca et tous ses intervenants sur une série de thèmes ou d’extraits de ses films.

Qu’aimez-vous dans l’œuvre de de Broca ?
J’aime le passage de la comédie au drame, sa mélancolie qu’on retrouve par exemple dans la seconde partie du Cavaleur. Et j’aime sa drôlerie comme avec le duo improbable de Tendre Poulet, ou les aventures de cet auteur un peu raté qu’est François Merlin et qui tombe amoureux de sa voisine de palier. J’aime ces personnages du quotidien qui vivent ensuite de folles aventures.

Quels seraient vos films préférés ?
Le Cavaleur en premier, sorte d’autoportrait du réalisateur, Le Magnifique, qui est la quintessence de l’amitié entre Philippe de Broca et Jean-Paul Belmondo. Et en dernier, Le Bossu, où il retrouve le style et le souffle des films de ses débuts.


« Le Roi de Cœur » par Sandrine Bonnaire (vidéo)

« Le Roi de Cœur » par Sandrine Bonnaire

Invitée dans Passage des Arts sur France 5 le 15 janvier 2020, Sandrine Bonnaire a parlé de l’un de ses films préférés, Le Roi de cœur, avec beaucoup de pertinence et d’émotion. Elle l’avait déjà évoqué sur France Inter dans l’émission de France Inter Remède à la mélancolie (à partir de 9mn30).


Philippe de Broca par Eric Fottorino

« Fildebroc » 
par Eric Fottorino

La nouvelle est déjà presque vieille, surtout qu’il faut toujours laisser la place aux vivants. Mais on ne se résout pas à débuter la semaine sans adresser de l’autre côté d’un écran où le noir est mis un ultime salut à Philippe de Broca. Nous lui sommes redevables d’assez d’enchantements enracinés dans l’enfance et prolongés sur le tard pour feindre de l’ignorer sous prétexte que c’est lundi lendemain de Sarkozy.

Dire que le noir est mis est d’ailleurs une expression mal à propos pour évoquer le réalisateur de L’Homme de Rio, du Cavaleur, du Magnifique ou de L’Incorrigible, du Diable par la queue ou de Tendre poulet, pour citer les titres qui, spontanément, nous tournent l’esprit dans le sens de la bonne humeur et placent le sourire au beau fixe. Philippe de Broca avait assez d’autodérision pour appeler sa société de production « Fildebroc », signe qu’il avait su employer sa particule pour servir la cause des saltimbanques.

Tout ou presque a déjà été écrit sur la grâce de ce bonhomme sensible dont Jacqueline Bisset prétendait qu’il fallait jouer dans ses films « comme une petite silhouette de dessin animé ». Heureuse expression qui nous remet illico en mémoire, comme une projection intime du souvenir, Bébel galopant dans Rio, ou chinoisant en Chine, Rochefort cavalant derrière l’amour et Jean-Sébastien Bach, Noiret fuyant avec des citations grecques et Augustin le mainate une Annie Girardot plus flique que poète…

N’oublions pas non plus au générique l’ineffable Yves Montand ou un Marielle à moumoute victimes des espiègleries d’une famille désargentée menée avec maestria par l’étonnante Madeleine Renaud et sa petite-fille Marthe Keller, cette dernière très experte pour tirer le diable par la queue…

Il nous semblait avoir déjà lu un hommage de Truffaut à « Fildebroc ». On a retrouvé l’objet du délice : une chronique du Matin de Paris qui remonte à 1983, consignée avec d’autres bijoux dans Le Plaisir des yeux (« Champs » Flammarion), un recueil de chroniques truffaldiennes. L’auteur des 400 Coups, dans un texte malicieusement titré « Un ami, deux Broca », confirmait l’intuition de Jackie Bisset : « C’est bien du côté de Tex Avery qu’il faut chercher la filiation de Philippe. Comme Tom et Jerry, il sait que la vie est une blague, que les bureaux sont occupés par de faux adultes qui se prennent pour des ministres, des avocats, des critiques d’art, des   anarchistes, des expertscomptables. Il a donc bien raison de ne jamais les filmer assis ou couchés, mais cavalcadant à 18 images/seconde, toujours en poursuite, toujours en fuite pour échapper à la pesanteur du monde moderne. »

En 1967, devant l’échec retentissant de son film Le Roi de cœur, de Broca avait eu l’idée d’offrir au public une séance gratuite. Le bide devint un four, c’est-à-dire que, même gratis, les gens se rasaient autant que s’ils avaient payé ! Mais comme le rappelait Truffaut dans son texte de 1983, Le Roi de cœur fut pendant une bonne dizaine d’années un des plus grands succès du cinéma français aux Etats-Unis, signe que les Américains ont plus d’humour et de finesse qu’on ne le croirait à première vue…

Truffaut concluait en affirmant que de Broca était un homme heureux. La preuve ? Il ne l’avait jamais entendu dire de mal de personne.

Article publié dans Le Monde du 30 novembre 2004


« Le Retour du Héros » : un hommage à de Broca et Rappeneau

Le Retour du Héros : un hommage à de Broca et Rappeneau

Quand on voit Le Retour du héros (2018), des images de Cartouche ou Les Mariés de l’an II nous reviennent rapidement en mémoire. Le réalisateur Laurent Tirard ne s’en cache pas, en remerciant au générique de fin deux réalisateurs qui l’ont inspiré : Philippe de Broca et Jean-Paul Rappeneau.

Il va même plus loin dans le dossier de presse en expliquant pourquoi il a eu envie de faire ce film : « Patrice Leconte me disait récemment qu’un journaliste lui avait demandé pourquoi plus personne ne faisait de films comme « Ridicule », qui a aujourd’hui 20 ans. Je suis d’accord avec ce constat, et c’était sans doute une des raisons pour lesquelles je voulais faire ce film : parce que plus personne n’en fait, et qu’en tant que spectateur, ça me manque. Clouzot (le cinéaste, pas l’inspecteur), disait du réalisateur qu’il est le premier spectateur de son film. Je pense que ma motivation profonde, quand je m’attaque à un projet, est de faire le film que j’aimerais voir mais que je ne trouve pas au cinéma. Les films en costumes, et surtout les comédies d’aventure, comme celles de Rappeneau ou de de Broca, ont fait le bonheur de générations entières de spectateurs, et ont contribué à mon envie de faire du cinéma. »


« Le Roi de cœur » par le réalisateur Roger Avary

Le Roi de Cœur
par le réalisateur Roger Avary

Interrogé par Les Inrockuptibles en 2014, le cinéaste Roger Avary (Killing ZoeLucky Day) a placé Le Roi de cœur en troisième position de ses films français préférés. Selon lui, il représente « le regard le plus juste sur le monde, et sans doute la seule influence majeure sur ma vision politique. On pourrait imaginer que Terry Gilliam fasse un remake de ce film, sauf que l’original de de Broca est déjà parfait. »

Dans le mêle classement, le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho (The Host, Snowpiercer, Parasite) place L’Homme de Rio en dixième position.


Yann Moix à propos de Belmondo chez Philippe de Broca

Belmondo chez de Broca
par Yann Moix

Dans Le Point du 27 octobre 2016, le romancier Yann Moix compare le Belmondo de Jean-Pierre Melville à celui de de Broca : « Chez Melville, Belmondo s’ennuie davantage, son physique ne tient plus en place ; son corps, trop statique, n’en peut plus. On imagine à chaque plan, notamment dans Léon Morin, prêtre, qu’il va arracher sa soutane, et hurler un tonitruant « merde ». Il est corseté ; il est empêché. C’est un Bébel à l’étouffée. Chez de Broca, il reprend sa liberté, c’est un Jean-Paul qui respire, sans personne pour le dompter ou lui lancer des cacahouètes ; il s’arrache au texte, son corps reprend de la voix. L’Homme de Rio et Les Tribulations d’un Chinois en Chine qui sont les ancêtres d’Itinéraire d’un enfant gâté sont les meilleurs films de ce Marsupilami humain ». 


Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google